LES MINISTRES AFRICAINS DU TOURISME SOULIGNENT L’IMPORTANCE D’UNE MESURE CORRECTE DU TOURISME POUR AMÉLIORER LES POLITIQUES ET LES STRATÉGIES À LA SOIXANTE ET UNIÈME RÉUNION DE LA COMMISSION DE L’OMT POUR L’AFRIQUE [ABUJA (NIGÉRIA), 4-6 JUIN]

30 Juil 18
Nigeria
LES MINISTRES AFRICAINS DU TOURISME SOULIGNENT L’IMPORTANCE D’UNE MESURE CORRECTE DU TOURISME POUR AMÉLIORER LES POLITIQUES ET LES STRATÉGIES À LA SOIXANTE ET UNIÈME RÉUNION DE LA COMMISSION DE L’OMT POUR L’AFRIQUE [ABUJA (NIGÉRIA), 4-6 JUIN]
« Les statistiques du tourisme, catalyseur du développement » : tel était le thème du séminaire de cette année organisé dans le contexte de la soixante et unième réunion de la Commission de l’OMT pour l’Afrique [Abuja (Nigéria), 4-6 juin]. Ont assisté à la réunion de la Commission pour l’Afrique 18 ministres du tourisme de la région et des acteurs clés du tourisme de 36 pays. Le séminaire, en trois volets, a réuni des acteurs publics et privés afin de débattre du rôle capital des statistiques du tourisme en Afrique pour mesurer le volume, la valeur et l’impact du tourisme, dans l’optique d’améliorer les politiques et stratégies pour le secteur. Le séminaire était structuré comme suit : i) Dialogue ministériel – L’importance des statistiques du tourisme : « améliorer la mesure pour améliorer la gestion » ; ii) Première séance – Les statistiques du tourisme dans la pratique : comment aller de l’avant ; et iii) Deuxième séance – Élargir la portée des statistiques du tourisme : l’établissement d’un cadre statistique de mesure du tourisme durable en Afrique. Les participants ont mis en relief la façon dont les projets de tourisme peuvent contribuer à réduire la pauvreté, l’importance de méthodes novatrices de développement du tourisme dans la région et la nécessité d’identifier et de mobiliser de nouveaux partenariats et de nouvelles ressources à l’appui du développement du secteur. Compte tenu de l’essor du tourisme international en Afrique, il convient de mesurer avec exactitude l’impact économique global du tourisme pour que les stratégies de tourisme contribuent efficacement aux économies nationales. Le dialogue ministériel a fait ressortir l’importance de la collecte et de la compilation de données quantitatives et qualitatives. Il fallait également mobiliser les acteurs nationaux et des partenariats institutionnels à l’appui d’un système rigoureux de statistiques du tourisme. « Les priorités de mon mandat découlent des besoins exprimés par nos États membres et comprennent des impératifs aussi critiques que ceux de créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité, d’améliorer l’éducation dans le tourisme et d’encourager l’innovation » a déclaré le Secrétaire général de l’OMT, Zurab Pololikashvili, avant d’ajouter : « Nous devons nouer des liens étroits entre les secteurs public et privé pour mettre la force transformatrice du tourisme au service de la croissance sur tout le continent et pour le bien des populations ».
La rencontre a été ouverte officiellement par le Secrétaire de la Fédération, Boss Gida Mustapha, au nom du Président de la République fédérale du Nigéria, Muhammadu Buhari. « le Nigéria détient un immense potentiel, pour le tourisme et pour l’investissement ». Il a insisté sur l’importance du secteur eu égard à sa contribution au développement durable et à son rôle pour continuer à diversifier l’économie et accroître la résilience des sociétés. C’est dans ce contexte qu’a été mentionnée la nécessité d’établir un cadre statistique pour la mesure du tourisme durable. Ce cadre recouvre les dimensions environnementale, sociale et culturelle du tourisme en vue de la réalisation des 17 objectifs de développement durable du Programme de développement durable à l’horizon 2030. La réunion et le séminaire ont débouché sur l’Appel à l’action d’Abuja en faveur du développement des statistiques du tourisme en Afrique, lequel a été adopté à l’unanimité par les représentants africains d’administrations nationales du tourisme et d’autres secteurs connexes, instituts de la statistique, organisations internationales et régionales, secteur privé et milieux universitaires venus assister à la rencontre. La prochaine réunion de la Commission pour l’Afrique aura lieu au deuxième trimestre 2019 à Bamako (Mali).